Votre province

Saut au contenu

Prévenir les dommages causés par la neige et la glace

Des milliers de réclamations enregistrées chaque année en assurance habitation. Des dommages parfois sérieux, d’autres fois moins, mais toujours désolants et, la plupart du temps… évitables! Comme experts en prévention, nous visitons chaque année de nombreux bâtiments pour faire part de nos recommandations.

 

Un patrimoine à préserver

Être propriétaire comporte son lot d’exigences et de responsabilités. Pour protéger la valeur de sa maison, il nous faut l’entretenir et voir venir les problèmes.

Dégager une piscine hors terre avant qu’elle ne croule sous le poids de la neige; déblayer un toit après une grosse bordée de neige pour éviter qu’il ne s’effondre; débarrasser une toiture de ses barrières de glace pour empêcher l’eau de s’infiltrer à l’intérieur des murs. Tout cela demande des efforts, mais tellement moins, on en convient, qu’être aux prises avec une infiltration d’eau par le toit ou l’effondrement d’une structure!

Des astuces de pro à partager

Tout comme vous, nous sommes des propriétaires. Nous connaissons ces petits trucs pratiques, simples et efficaces pour intégrer la prévention des dommages à notre routine hivernale.

Nous souhaitons vous en faire profiter afin que l’expérience des uns serve au bénéfice des autres.

Vos conseillers en prévention Desjardins

Les principaux problèmes

 
  • L’accumulation de neige et de glace sur le toit
  • Les barrières de glace
 
  • La piscine hors terre enneigée
  • Autres installations
 

Problème no 1 : l’accumulation de neige et de glace sur le toit

En général, les structures des bâtiments sont conçues pour supporter les assauts de l’hiver. Mais en cas de chute abondante, les accumulations de neige et de glace peuvent devenir lourdes de conséquences!

 

Quand intervenir?

Dès que l’accumulation sur le toit devient importante, particulièrement lorsqu’elle atteint 70 cm (environ 2 pi) de neige ou 5 cm (environ 2 po) de glace, on se prépare à agir!

Des signes avant-coureurs?

Quelle que soit la quantité de neige ou de glace, on observe les signes d’une infiltration d’eau au plafond et aux murs de l’étage supérieur de la maison :

  • Des taches ou cernes d’eau
  • Des boursouflures
  • Des gouttelettes

En cas d’accumulation importante de neige ou de glace, on surveille les indices de menace à la structure :

  • L’apparition de fissures sur les murs intérieurs
  • Des portes intérieures qui se coincent, frottent ou ferment mal soudainement
  • La déformation d’un plafond dans la maison
  • Des craquements inhabituels provenant de la structure

Besoin d’un avis professionnel?

Si un danger d’infiltration d’eau ou une accumulation de neige nous inquiète, on demande conseil à un expert en bâtiment.

Problème no 2 : les barrières de glace

Les beaux grands glaçons qui garnissent le bord des toitures font partie du charme de nos paysages d’hiver légendaires. Mais, pour un oeil averti, cette dentelle de cristal est d’abord et avant tout le résultat bien visible de menaces qui peuvent être très dommageables pour le toit : les barrières de glace.

 

Ces crêtes qui se forment en bordure du toit sont la plupart du temps un indice que le bâtiment perd de la chaleur par le toit, fort probablement à cause de la mauvaise isolation ou la mauvaise circulation d’air dans le grenier. Et quand cette chaleur venant de l’intérieur fait fondre la neige sur le toit, l’eau coule vers la partie inférieure de la toiture et gèle. La glace ainsi formée s’accumule sur la bordure et crée une barrière qui empêche l’eau de s’écouler du toit. Résultat : cette eau s’accumule derrière la barrière de glace et peut se trouver un chemin pour pénétrer dans la maison, en s’infiltrant par les murs et les plafonds.

Pour éviter les barrières de glace, mieux vaut avoir son grenier à l’oeil

  1. On examine régulièrement – et avec prudence – les bords du toit pour s’assurer qu’aucune barrière de glace ne s’y forme.
  2. On inspecte l’intérieur du grenier et l’on scelle toutes les ouvertures qui pourraient laisser passer l’air chaud de la maison et y pénétrer. On en profite pour s’assurer qu’il n’y a pas d’espacement entre les matelas d’isolant (la laine minérale, par exemple).
  3. On veille à ce que le grenier soit bien ventilé et que la température y soit plutôt fraîche. Ainsi, la neige sur le toit risquera moins de fondre et de créer de redoutables barrières de glace.
  4. On s’assure que le plancher du grenier est bien isolé afin d’empêcher la chaleur de la maison de s’échapper par le toit et d’y former une couche de glace, qui deviendra vite une barrière de glace.

Déneiger et déglacer le toit, c’est bien; mais agissons avec prudence

Le déneigement et le déglaçage de la toiture exigent la plus grande prudence en raison des installations électriques à proximité, en plus des risques de chute et d’endommagement accidentel du revêtement de la toiture.

On confie la tâche à un expert…

Puisque les dangers sont réels et les blessures trop fréquentes, il est recommandé de faire appel à un expert disposant d’un équipement adéquat et qui soit bien au fait des meilleures pratiques en matière de sécurité. La manière la plus simple est de trouver un spécialiste en toiture près de chez soi.

… ou on s’en charge soi-même

Aucune accumulation de neige, si importante soit-elle, ne mérite que l’on mette sa sécurité et celle d’autrui en péril. Si on décide de sortir l’échelle et de grimper, on prendra connaissance au préalable des mesures de sécurité essentielles.

Attention : afin d’éviter d’endommager les bardeaux, on s’assure de toujours laisser une accumulation minimale de 2 po afin que les outils ne touchent jamais directement à la toiture. L’enlèvement de la glace constitue une tâche plus ardue, voire extrême. On s’assurera de confier cet exercice périlleux à un professionnel.

Pour la toiture, il est recommandé de travailler à partir du sol, à l’aide d’une gratte à long manche télescopique.

Problème no 3 : la piscine hors terre enneigée

Les hivers particulièrement neigeux peuvent s’avérer impitoyables pour les piscines hors terre. Comme elles sont d’abord conçues pour supporter les pressions latérales (produites par le poids de l’eau durant l’été), elles sont plus vulnérables aux pressions verticales. Sans compter qu’au printemps, la neige qui fond prend de l’expansion (en devenant un bloc de glace) et peut endommager les matériaux – surtout la toile.

 

Il est donc essentiel de garder un oeil vigilant sur sa complice des beaux jours et de la déneiger régulièrement et adéquatement, pour s’assurer qu’elle ne soit jamais entièrement ensevelie sous le poids de la neige.

La piscine a disparu ?

Elle est probablement couverte sous la neige… On sort sa pelle et sa tuque! Il est important de dégager la piscine sans attendre qu’elle croule sous le poids de la neige. Les quelques petits trucs suivants lui éviteront bien des supplices et lui permettront de se rendre jusqu’au printemps en un seul morceau !

  1. On se tient à l’extérieur de la piscine pour la déneiger. Si l’on déneige de l’intérieur, la neige ou la glace peuvent céder sous notre poids… ce qui est risqué pour la toile de la piscine et dangereux pour la santé du courageux déneigeur!
  2. On épargne le rebord. On enlève la neige avec une pelle en plastique pour ne pas égratigner la bordure. On évite aussi de marcher sur la margelle pour dégager le rebord afin de ne pas affaiblir ou écraser la structure.
  3. On n’oublie pas l’écumoire. On retire la neige qui se trouve à l’intérieur et sur le devant de l’écumoire pour éviter qu’elle ne se fende.
  4. On fait appel à un professionnel au besoin. On s’assure ainsi que les travaux seront exécutés selon les règles de l’art et en toute sécurité, pour soi-même et pour sa piscine!

Problème no 4 : autres installations

 

Escaliers, portes et balcons : on déneige et on déglace sans attendre, et deux fois plutôt qu’une, surtout s’ils servent d’issues de secours.

Abris d’auto temporaires : ces abris ne sont pas conçus pour résister aux accumulations excessives de neige et de glace. Les effondrements étant fréquents, on les déblaye de l’extérieur et non de l’intérieur.

Appareils alimentés au gaz ou au mazout : on veille à ce que les accès aux réservoirs et à la tuyauterie soient bien dégagés, facilement accessibles et protégés contre les chutes de neige ou de glace provenant du toit.

Spas : on s’assure d’enlever la neige après chaque tempête pour permettre au couvercle de tenir le coup tout l’hiver!

Ces conseils sont fournis à des fins informatives seulement. Ils sont d’ordre général et n’engagent pas la responsabilité de Desjardins Assurances. La vigilance est de mise et il est recommandé de consulter un expert en la matière pour des conseils complets et pertinents pour chaque situation.