Saut au contenu

Neuf mythes tenaces en matière d’assurance auto

Dernière mise à jour : 05 octobre 2016 à 20:25

Ne soyez pas victime des fausses croyances en assurance. Faites triompher la vérité!


L’assurance automobile peut sembler complexe, en particulier lorsque plusieurs idées préconçues circulent à son sujet. Celles-ci peuvent, en bout de piste, coûter cher! Voici quelques-uns des mythes les plus répandus et la vérité à leur sujet.

 

Mythe 1 : Les primes d’assurance pour les automobiles rouges sont les plus élevées

La couleur d’une automobile n’a aucune incidence sur le coût des primes d’assurance. Deux voitures identiques de couleur différente auront le même tarif d’assurance. L’année, la marque, le modèle, le type de carrosserie, la taille du moteur, l’âge de la voiture et les conducteurs inscrits sur la police influencent la tarification de votre police.

 

Mythe 2 : Pour un conducteur de moins de 25 ans, magasiner son assurance automobile est une perte de temps

Au contraire, le magasinage peut faire économiser. Les primes d’assurance sont en général plus élevées pour les jeunes conducteurs, mais le fait de s’informer auprès de plus d’une compagnie peut faire une énorme différence. La plupart des compagnies d’assurance ont des tarifs ou des rabais différents et cela s’applique aussi pour les conducteurs de 25 ans et moins. Toutefois, d’autres facteurs comme l’âge sont aussi pris en considération dans le calcul de la prime d’assurance. En règle générale, un conducteur qui a un bon dossier de conduite peut bénéficier d’une prime plus avantageuse.

 

Mythe 3: Vous êtes couvert par la police d’assurance de votre employeur si vous utilisez votre auto pour le travail

Votre police d’assurance automobile comporte des protections relatives à l’utilisation personnelle de votre auto; elle ne vise pas une utilisation commerciale. Par conséquent, si vous conduisez votre automobile pour votre travail, il faut en informer votre assureur. Celui-ci analysera votre demande et établira s’il peut répondre à votre besoin ou si vous devez plutôt détenir une police pour véhicules commerciaux. Vous pouvez obtenir de votre patron des indemnités de kilométrage, mais ne vous étonnez pas si, en cas d’accident, vous ne bénéficiez d’aucune protection.

 

Mythe 4 : Vos primes d’assurance vont augmenter si vous êtes impliqué dans un accident

Pas nécessairement. Cependant, si vous êtes tenu responsable d’un accident, cela risque d’avoir une incidence sur votre prime. Souvenez-vous que si vous constatez que votre prime d’assurance augmente, cette hausse n’a peut-être rien à voir avec un accident. Les tarifs d’assurance sont ajustés périodiquement pour prendre en considération l’inflation, le type et le nombre de réclamations, les statistiques des accidents chez les personnes conduisant la même voiture que vous et bien d’autres facteurs.

 

Mythe 5 : Si votre ami emprunte votre auto et la démolit, sa police d’assurance vous indemnisera

En fait, rappelez-vous que votre assurance fait partie de votre auto. Lorsque vous prêtez votre voiture, vous prêtez aussi votre assurance. Par conséquent, songez à l’incidence qu’un accident pourrait avoir si la personne à qui vous prêtez votre auto a un accident. En cas de collision, selon les protections détenues à votre contrat, c’est généralement votre assureur qui vous indemnisera pour les dommages causés.

 

Mythe 6 : Les compagnies d’assurance peuvent exiger le prix qu’elles veulent parce que les tarifs d’assurance auto ne sont pas réglementés

Les tarifs d’assurance sont soumis à une réglementation stricte. Au Québec, les assureurs doivent déposer un exemplaire de leur manuel de tarifs dès sa publication et, par la suite, dans les 10 jours suivant toute modification.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site Internet de l’Autorité des marchés financiers.

 

Mythe 7 : Mes primes d’assurance seront semblables à celles que paie mon voisin

Les tarifs étant fixés en fonction de l’assuré, divers facteurs comme l’âge, le dossier de conduite et le type de véhicule sont pris en considération. Chaque situation est unique. C’est pourquoi les assurés ne paient pas tous les mêmes primes d’assurance.

 

Mythe 8 : La protection Tous les risques sauf collision ou renversement protège les conducteurs dans toutes les situations

La protection Tous les risques sauf collision ou renversement est l’une des couvertures offertes par une police d’assurance automobile. Elle vous protège contre les pertes ou les dommages à votre véhicule s’ils sont causés autrement que par une collision ou un renversement du véhicule. Elle vous couvre, entre autres, contre le vol, le vandalisme, le bris de vitre et la grêle.

 

Mythe 9 : Grâce au régime sans égard à la faute au Québec, vous ne serez jamais tenu responsable d’avoir causé un accident

En fait, le régime « no-fault » au Québec ne s’applique que pour les dommages corporels qui sont couverts par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ). Par contre, votre assureur privé, lui, prend en compte votre responsabilité lorsque vous faites une demande de réclamation pour les dommages matériels causés lors d’un accident. Si vous êtes tenu responsable d’un accident, vous ne serez indemnisé pour les dommages à votre véhicule que si votre police contient une protection contre la collision et vous devrez payer le montant de la franchise. Si vous n’êtes pas tenu responsable, vous serez indemnisé même si vous n’êtes pas protégé contre la collision et vous n’aurez aucune franchise à payer.


Autres sujets d'intérêt :